frende
frende

logo marque bretagne

  • image1


  • image 2


  • image 3


Le musée est ouvert au public individuel mercredi et dimanche de 14h à 18h, tous les jours pour les groupes sur réservation.

Le musée sera fermé le dimanche 1er mai.

Lumières dans la nuit

Lumières dans la nuit
Phares et sémaphores sous l’Occupation
Phares et Imaginaire

Exposition temporaire présentée du 17 avril au 11 décembre

Affiche Expo Lumieres dansla nuit

Ce projet d’exposition est né d’une rencontre avec les responsables de la subdivision des Phares et Balises de Lézardrieux.
Ils ont souhaité effectuer un dépôt d’objets relatifs à l’occupation allemande.
L’envie de travailler sur cette thématique pour la proposer au public s’est ensuite naturellement développée.
Il est apparu intéressant de pouvoir faire le lien entre la terre et la mer, l’Armor et l’Argoat, l’identité du département.
Porter un regard sur ce qui s’est passé sur la côte est une manière d’articuler d’un autre point de vue l’histoire de la résistance évoquée
dans l’exposition permanente du musée de la Résistance en Argoat.
Le pôle de l’Étang-Neuf a pour particularité d’être une structure culturelle riche de multiples facettes.
Développer au sein d’une même thématique les aspects historique et artistique permet d’élargir les points de vue
et de prendre de la hauteur tel un phare éclairant dans la nuit.

Phares et sémaphores sous l’Occupation :

Dans un musée dont le propos s’axe sur l’histoire de la Résistance en Centre-Bretagne, il s’agit de créer
des liens avec l’histoire des phares et sémaphores de la zone littorale de la Manche pendant cette période.
80% des phares ont été détruits dans le département des Côtes-du-Nord à la fin de la guerre : cette spécificité,
rarement abordée par un musée, justifie la mise en place d’une exposition temporaire dédiée.

Phares et Imaginaire :

Les phares, très souvent, nous fascinent. Ce faisceau de lumière dans l’obscurité que, nuit après nuit,
les gardiens et gardiennes de phare ont autrefois assuré aux navigateurs, leur garantissait la sécurité
de navigation. Ce lien déterminant, est devenu une métaphore dans l’histoire humaine, symbole d’autres
traversées existentielles. Les artistes questionnent les signes, bousculent les formes et renouvellent les visions
et les récits. Aujourd’hui, ces lieux inhabités deviennent parfois des lieux de résidence artistique propices
à la création tel que le phare de l’île Wrac’h. Dans cette exposition, nous présenterons des oeuvres d’artistes
pour qui le phare est devenu lieu de création, ou l’idée de « Traversée » porteuse d’imaginaire.